L’Hôpital à l’ère de la disruption technologique. Quelles améliorations pour l’accueil des patients ?

Ci-dessous le support de présentation utilisée lors de la table ronde organisée par le Club Digital Santé lors du salon « Paris Healthcare Week 2016″


 

6 réflexions au sujet de « L’Hôpital à l’ère de la disruption technologique. Quelles améliorations pour l’accueil des patients ? »

  1. La technologie est une déferlante qui impacte la relation des professionnels de santé avec leurs patients. Le débat a lieu d’être, mais je voudrais savoir si ce constat s’observe seulement en milieu hospitalier, ou bien si les cabinets libéraux sont aussi concernés ? Et pensez-vous que le secrétariat téléphonique médical permet de soigner la relation avec les patients ? Merci bien

    • S’il est un aspect où la technologie permet bien aujourd’hui d’envisager ces nouveaux « outils » de la relation des professionnels de santé avec leurs patients, le Secrétariat Téléphonique médical en est un bon exemple.
      A mon avis, les cabinets libéraux sont tout aussi concernés. D’ailleurs la relation hôpital – médecins de ville est un axe important de réflexion et d’amélioration.
      L’accueil du patient doit s’analyser dans tout son parcours de soins. Avant et après son hospitalisation. Il faut imaginer des systèmes « locaux » qui communique bien et simplement.
      Merci de votre intérêt.

  2. Le secteur de la santé ne peut se défaire de la digitalisation. Pourtant, un patient a besoin d’être examiner sur place et un ordinateur et tout les matériels informatiques utilisés dans ce domaine ne remplacera pas un médecin. Soyons conscient!

    • Je suis de votre avis … Le patient est un « être humain » avant tout. Un diagnostic comprends bien plus de paramètres (Psychologique, Sociologique …) que de simple données. La machine aidera mais ne remplacera pas, dans ce domaine comme dans bien d’autres d’ailleurs.
      Vous avez compris que je place avant l’outil, après l’usage de l’outil, et le besoin qu’il satisfait.
      Pour avoir vécu moultes « disruptions technologiques », je sais ce que cela peut apporter de positif, mais j’en devine bien les limites.

      Merci de votre remarque.