La prise en charge des frais d’hospitalisation

Les frais d’hospitalisation peuvent atteindre des montants très élevés, heureusement le système de prise en charge français est l’un des plus développés.

Les frais d’hospitalisation correspondent aux frais liés au traitement d’une pathologie. Ainsi, ce sont les différents actes médicaux dont bénéficie le patient (les opérations…), les coûts d’utilisation du matériel hospitalier (les scanners…) et également la rémunération du personnel soignant (infirmiers, médecins…).

Les remboursements des frais d’hospitalisation par l’Assurance Maladie

Lorsque les soins sont pratiqués dans un établissement hospitalier public ou dans un établissement privé conventionné, l’assurance maladie prend en charge 80 % des frais engendrés par l’hospitalisation. C’est à partir du 31ème jour consécutif en hospitalisation que la prise en charge passe de 80 à 100 %.

De la même manière, d’autres cas particuliers peuvent permettre une prise en charge de 100 % par l’assurance maladie et ce dès le premier jour d’hospitalisation. C’est le cas notamment :

-       des bénéficiaires de la CMU.

-       des femmes enceintes au cours des 4 derniers mois de la grossesse ou au cours des 12 jours suivant l’accouchement.

-       des nourrissons jusqu’au 30ème jour après la naissance.

-       des hospitalisations à longue durée et des maladies professionnelles ou des accidents du travail.

En ce qui concerne les frais pour des actes réalisés en préparation d’un séjour à l’hôpital ou à la suite de celui-ci, l’assurance maladie appliquent également des taux de remboursement généreux. Les consultations préalables sont prises en charge à hauteur de 70 %, quant-aux opérations qui suivent le séjour elles sont prises en charge à 60 %.

Procédures administratives de remboursement

Lors de l’admission dans un hôpital ou dans une clinique, un document est remis au patient ou à ses proches. Celui-ci, appelé «bulletin de situation » ou « bulletin d’hospitalisation », doit être adressé dans les 48 h suivant la sortie de l’établissement à la Caisse Primaire d’Assurance Maladie (CPAM). Une copie doit être adressée à la mutuelle santé qui pourra assumer le reste à charge.

Les remboursements de frais supplémentaires par la mutuelle santé

Concernant le montant du reste à charge des frais d’hospitalisation, s’il peut encore atteindre des montants conséquents, les mutuelles santé peuvent assumer tout ou partie des frais restants dus en fonction des garanties souscrites dans votre contrat.

Outre le reste à charge de 20 % sur le montant des frais d’hospitalisation, des frais supplémentaires s’appliquent sur la facture finale d’un séjour à l’hôpital. Les contrats de mutuelles santé disposant d’une garantie hospitalisation dite « renforcée » peuvent prendre en charge à 100 % certains frais supplémentaires.

Ce type de garantie est notamment recherché par les patients seniors.

Le FORFAIT JOURNALIER

Le forfait journalier hospitalier fait partie des frais supplémentaires obligatoires lors de tout séjour à l’hôpital dépassant 24 heures consécutives. Il permet de financer tous les frais d’hébergement (literie, restauration…). Ainsi, chaque patient doit régler 18 € par jour dans un hôpital public ou une clinique conventionnée. Dans le service psychiatrique, ces frais s’élèvent à 13,50€ par jour.

Nota benne : Le jour de sortie doit être réglé au même titre que les jours précédents.

Il est possible de bénéficier d’une exonération du forfait journalier dans certains cas

-       Les bénéficiaires de la CMU.

-       Les femmes enceintes au cours des 4 derniers mois de la grossesse ou au cours des 12 jours suivant l’accouchement.

-       Les nourrissons jusqu’au 30ème jour après la naissance.

-       Les maladies professionnelles, les accidents du travail…

-       Les hospitalisations pour don d’organe

-       Les personnes bénéficiant d’un contrat dit « responsable ». Celui-ci doit obligatoirement prendre en charge l’intégralité du forfait journalier.

Attention : Une prise en charge à 100 % ne signifie pas forcément une exonération du forfait journalier.

LA PARTICIPATION FORFAITAIRE

Pour tous les actes médicaux réalisés au cours d’une hospitalisation d’un montant égal ou supérieur à 120 €, une franchise médicale appelée « participation forfaitaire » de 18 € est demandée.

La plupart des mutuelles santé prennent en charge le remboursement de cette participation forfaitaire. Pensez à consulter les garanties sur votre contrat.

Option confort

De nombreux établissements proposent des options de confort pour les patients (la chambre particulière, le téléphone, la télévision…). Ces options ne sont pas inclues dans le forfait journalier qui ne prend en charge que les services d’hébergement de base. Ces frais de confort sont donc bel et bien facturés dans les charges supplémentaires.

La partie confort n’est pas obligatoirement pris en charge par les mutuelles et ce même si celle-ci est certifiée « responsable ». Il faut donc bénéficier de garanties hospitalisation élevées dans son contrat pour bénéficier d’un remboursement des options de confort.

Les dépassements D’HONORAIRES

De la même manière que pour tous les spécialistes en médecine, certains praticiens hospitaliers pratiquent des dépassements d’honoraires. C’est à l’établissement d’en informer le patient qui a toute liberté de refuser.

En cas d’accord, ces frais ne sont pas pris en charge par la sécurité Sociale mais peuvent être remboursés par certaines mutuelles.

Plus d’informations ? je vous recommande le site de bonne-assurance.com


 

Le Livre Blanc sur l’Accueil et le Divertissement du patient, disponible en consultation ou téléchargement

C’est au cours de l’atelier interactif sur le thème « L’accueil, la Communication et le Divertissement du patient comme vecteurs de la qualité du séjour et de l’attractivité de l’établissement de soins »  lors des journées Internationales de la Qualité Hospitalière et  en Santé que nous avons, devant un public intéressé, présenté le livre blanc co-réalisé avec My Hospi Friends. et désormais consultable ou téléchargeable sur www.hospinnov.fr (plateforme commune créée à cette occasion).

Valérie Moulins Directrice de la Communication de l’Hôpital Foch nous a accompagné pour animer l’atelier, en évoquant son retour d’expérience sur ces sujets.

François Madelmont de SPH Conseil  a assuré la conclusion de cet événement en synthétisant les échanges tout en apportant sa vision sur les sujets évoqués.

Nous remercions à nouveau tous les contributeurs « experts » dont vous trouverez dans le livre blanc les textes des interviews menés qui enrichissent notoirement le contenu de cette étude.

Je reste à votre disposition pour échanger avec vous, et vous faire partager notre enthousiasme pour faire progresser ensemble les conditions d’accueil, de divertissement et de communication des patients hospitalisés.

Jean PASCAL

 

 

ACHETER ? LOUER ? DÉLÉGUER OU CONCÉDER ?

Faire fondre l’iceberg

« Le financement d’actifs réduit la proportion de « capitaux gelés » dans les systèmes de santé à travers le monde (Etude Siemens Financial) »

 

Un article intéressant lu sur  www.directhopital.com  met en évidence l’intérêt  pour les Etablissements d’utiliser la location pour se doter d’équipements médicaux sophistiqués.

Dans l’article, sont relatés deux exemples, ceux du CH de Montauban et du CH Auban-Moet d’Epernay dotés désormais respectivement d’un IRM et d’un scanner, ces deux équipements de dernière génération leur permettant de bénéficier des mêmes outils que les grands CHU dans le domaine de la cancérologie.

L’originalité de ces deux opérations est que les établissements ne se sont pas endettés pour  acquérir ces équipements. Ils  ont eu recours à la location.

Comme d’ailleurs de plus en plus d’établissements selon une étude de Siemens Financial Service (SFS), qui propose ce type de prestations. Cette étude montre qu’en Europe, ce marché devrait progresser de 5,68% sur la période 2010-2015, alors que l’achat ne devrait progresser que de 3,4% sur la période 2011-2016.

Dans une période de restriction des financements pour les budgets d’investissements, il convient de consacrer la trésorerie disponible ou empruntée à, justement, ce qui ne peut pas être financé autrement.

« La pression sur les finances publiques et la raréfaction du crédit bancaire sont un vrai problème pour les directeurs d’hôpitaux, note Thierry FAUTRE Président de SFS France. Les techniques de financement comme le leasing ou la location répondent à ces problématiques, en répartissant le coût des équipements en mensualités régulières. »

 Des formules originales sont testées aujourd’hui :

« Nous sommes en train d’expérimenter le « pay per use », le paiement à l’acte, dans un hôpital du centre de la France », annonce le président de SFS.

Ou des mises en commun de moyens comme l’a fait le Centre Hospitalier Sud Gironde :

« Un partenariat public-privé, auquel prennent part trois cabinets de radiologie, permettra d’amortir le coût de la location », explique Marie-Noëlle Bouchaud, Directeur de l’établissement.

Le secteur public semble en retard,

« Si 55% à 60% du matériel installé dans le secteur privé est loué, ce n’est le cas que de 30% de l’équipement déployé dans les établissements publics ».

Cet article permet de s’interroger  et rebondir sur une tendance étonnante, actuellement constatée, qui consiste à voir des établissements investir pour des équipements audiovisuels destinés au divertissement et communication du patient dans sa chambre, (télévision, téléphone, Internet)  prestation jusque-là totalement externalisée / concédée (secteur public) ou matériels objet d’une location-maintenance (secteur privé).

Ces investissements ne sont en rien « stratégiques », en tous les cas, moins que peuvent l’être un Scanner ou un IRM …

Les avantages de la location dans ce domaine comme ceux évoqués dans l’article sont les mêmes sur le plan de la trésorerie, de la  revente en fin d’usage, de l’entretien etc …

L’externalisation du service règle le problème du financement puisque le prestataire s’en charge.

Mais si pour des raisons qui lui sont propres l’établissement souhaite effectuer lui-même ce service « hôtelier » aux patients, la location avec maintenance est la formule appropriée.

Sur un plan budgétaire, le service étant généralement payant, les revenus compensent au mois le mois les coûts mensuels de location.

Les établissements privés procèdent de la sorte depuis de nombreuses années.

La question n’est donc pas de savoir si l’on doit déléguer ou pas le service, rien n’empêche la « location » pour un service géré en interne.

Un contrat de location, intégrant les conditions de maintenance adaptées au besoin peut permettre l’exploitation par l’établissement de ce service aux patients.

Le service « télévision téléphone Internet » concédé décharge l’établissement de l’ensemble des contraintes de gestion, que ce soit le management du personnel affecté à ce service que l’achat des divers abonnements. (Contenus audiovisuels, Information patients, abonnements Telecom …)

Une grille simple d’analyse permet de définir le meilleur choix en fonction des attentes de l’établissement.

Nous pouvons accompagner votre décision.  N’hésitez pas à nous contacter.

Hôpital Trend et SPH Conseil proposent deux « AUDITS FLASH »

 

Service Public Hospitalier Conseil

SPH Conseil (filiale de la F.H.F) et Hôpital Trend s’associent pour vous accompagner dans l’amélioration de vos performances grâce à l’optimisation des prestations « télévision-téléphone-internet ».

Vous souhaitez analyser la qualité du service délivré aux patients ?  Vous envisagez d’internaliser ou d’externaliser les prestations ? Deux audits flash ont été spécialement créés pour vous

Lire la suite

La télévision dans tous ses états

Une famille devant un téléviseur dans les années 50

Dans un communiqué de presse intitulé « La télévision dans tous ses états », Médiamétrie nous donne quelques informations très intéressantes sur les habitudes de consommation des téléspectateurs français.

On peut y lire que nos concitoyens passent 3H47 par jour devant un programme de télévision, et que cette durée d’écoute s’est accrue de 15 minutes par jour et par personne en 2011. Lire la suite